Le vieux chêne

Chapitre 5

00:00 / 01:19
00:00 / 01:23

Le village changea énormément les années qui suivirent. L'église et les châteaux furent rénovés et on construisit même un pont sur l'Urbise.

Un beau jour, un jeune homme racheta la maison des Soussilanges. Il s'appelait Théo. Il était amoureux des plantes et de l'histoire. Il n'avait pas encore de métier mais faisait des études de botanique. Peu après son arrivée, il alla à la mairie demander la liste de tous les gens qui avaient habité sa maison. 

 

Une semaine plus tard, il reçut la liste et prit le temps de l'étudier. En premier, les dames de compagnie de la princesse Constance au moyen-Age. Ensuite, un certain poète nommé Gauthier De Villon aux Temps modernes, puis une sourcière Ondine des Soussilanges, au 19ème siècle. Puis plus personne.

 

Il se rendit compte que la maison avait une histoire merveilleuse, mais ne soupçonnait pas que des fantômes aient pu y habiter. Grâce à ses recherches, il aménagea le jardin fabuleux en fonction en recréant les détails du passé. 

 

D'abord, il découpa un trou dans la haie comme l'avait fait Gauthier De Villon. Puis il reconstitua le « jardin de la reine » d'Ondine des Soussilanges.  Il restait un dernier grand espace dont il n'avait pas trouvé l'histoire, mais, sans savoir pour qu'elle raison, il eut envie de l'appeler « la Prairie ». 

Il y aménagea de nombreux parterres, décorés de chaînes ou de bassins, et aimait y écouter les grenouilles.

 

Mais malgré cette vie plutôt normale, Théo sentait qu’il était surveillé chaque jour par les esprits de Céron, qui restaient invisibles aux yeux de tous.


 

Aujourd’hui encore, chacun sait à Céron, que les esprits sont bien présents et qu’ils protègent ceux qui croient en leur présence !