Le vieux chêne

Chapitre 1

00:00 / 00:33
00:00 / 01:17
00:00 / 00:58
00:00 / 00:35

Bonjour, je suis le chêne, oui le grand chêne juste derrière vous. Je vis ici entre deux rivières l’URBIZE et le CERNAY depuis des siècles. J'ai connu tous les hôtes de cette demeure et j'ai été témoin de tout ce qui s'est passé au Domaine des Soussilanges, à Céron, petit village de France entre Bourbonnais et Bourgogne.

 

A présent, je vais vous conter une histoire fantastique sur Céron et les esprits qui y ont vécu, il y a fort longtemps. 

Pour ce faire, j’ai prêté ma mémoire et ma voix à ANAIS, une jeune fille de notre village.

 

Il était une fois, une maison habitée par les dames de compagnie de la princesse Constance du château de la Fredière que vous pouvez apercevoir dans la trouée juste en face.

Après la mort de la princesse, plus personne ne vécut ici pendant des dizaines d'années. Du moins, personne comme vous et moi.

Car cette grande maison mystérieuse fût hantée par de nombreux fantômes. Certains étaient très gentils, d'autres, beaucoup plus cruels. Tous les soirs de lune noire, ils ensorcelaient une personne pour qu'elle les rejoigne. Rapidement, le nombre de fantômes augmenta et les villageois tremblaient de peur. Tous les médiums du Bourbonnais et de Bourgogne furent appelés au secours. Mais chaque fois que l'un d'eux arrivait au village, on n'entendait plus jamais parler de lui.

 

Certains habitants, un peu simplets, commencèrent à soupçonner des femmes d'être des sorcières. D'autres encore, allèrent même jusqu'à dire que les fantômes et les sorcières s'étaient alliés pour ensorceler tous les villageois jusqu'aux derniers pour pouvoir s'emparer du village, de la région, du pays, voire du monde entier !

 

Beaucoup de femmes goûtèrent au bûcher sans preuve de leur culpabilité.  

 

Un jour de pleine lune, les fantômes se réunirent et décidèrent d'arrêter de jeter des sorts. Ils demandèrent aussi à la seule véritable sorcière, Flaviana des Soussilanges, de jeter un sort pour faire oublier cette période à tout le monde, y compris eux-mêmes.

Des lors, on n'entendit plus parler des fantômes et personne ne se souvint de cette histoire. Personne, sauf moi, car je suis un arbre, le grand chêne des Soussilanges.