Expositions permanentes

Alessandro MONTALBANO Peintre - Sculpteur

IMG_0674.JPG

www.alessandro-montalbano.com

Né en en Sicile en 1962, Alessandro Montalbano étudie aux Beaux Arts de Florence où il acquiert une

solide formation de peintre et sculpteur. Sa véritable expérience de sculpteur (pierre, terre, plâtre, cire

directe) débute à son arrivée à Paris à la fin des années 80. Son travail est remarqué par César qui

l’invite à participer au Prix Fondation Princesse Grace, qu’il remporte en 1994 avec une sculpture en

plâtre, métal et bois. Mais le travail du bronze soudé l’attire fortement et sa rencontre avec César sera

décisive dans ce domaine. Il réalise alors sa première sculpture en bronze soudé à la flamme, haute

de plus de 2 mètres “Et le septième jour...”. Cette sculpture sera ensuite acquise en 1995 par la

Principauté de Monaco où elle se trouve actuellement, dans le musée à ciel ouvert de la ville.

Grande Pomona - Bronze 1/8 - 179,5 x 44,5 x 39 cm Biennale de sculpture contemporaine Art Fareins

2018.

Les œuvres d’Alessandro Montalbano sont présentées dans le cadre d’expositions et de foires d’art

contemporain internationales. En 2002, il représente l’Italie à l’occasion d’une exposition européenne

de sculptures monumentales “Europa in beeld” à La Haye avec des artistes majeurs tels Manolo

Valdes, Barry Flanagan, Maillol... En 2004, il participe avec “Maternité” à la 3ème édition du Festival

International de Sculpture de Monte-Carlo. En 2015, l’Hôtel Dieu / Musée Greuze de Tournus

présente “De Genèse à Naissances” où les œuvres contemporaines de Montalbano dialoguent avec

la beauté et l’histoire du lieu. En 2018, la Ville d’Issoire présente ses peintures et sculptures dans les

vastes Salles Jean-Hélion, et la Ville de Cluny lui consacre la Grande exposition d’été aux Ecuries St

Hugues. En 2019, il investit la Galerie Haute de l’Embarcadère de Montceau- les-Mines avec

l’exposition “Les Interprètes”...

Le Voyageur des Sens - Bronze soudé, pièce unique (Coll. privée) Hauteur : 2,40 m - “Europa in

beeld” La Haye, 2002

Deux œuvres de l’artiste sont exposées aux Jardins des Soussilanges pour la saison 2021

Frédéric BROCHEC Peintre - Sculpteur

Formation de graveur en taille douce et lithographie au CREAR (1984-1985)

Lithographie dans l’atelier  de M Hadad à l’ENSBA (1985-1987)

 

Apres la pratique de la gravure et de la lithographie : création de livres comme objet, cabanes à lire, boites, assemblages, nombreuses interventions en médiathèque puis travail sur toiles,  exposition dans diverses galeries et salon. 

2012 début du travail de sculpteur

 

Principales expositions

2020 Galerie la Folie des arts Nantes

2018 l’art de rêver Château des oliviers de Salettes sculptures

2015 temple de Venterol sculptures

Mai 2006 :  Pulls’Art manifestation international d’art contemporain Le Mans

Avril 2006 : Passage à l’art Salon d’art contemporain Cherbourg

Mai 2004 : 4ème salon d’art contemporain (Metz)

Septembre 2003 Galerie AKWABAA Sucy en Brie

Décembre 2003 Galerie espace Kahn Villefranche sur Saône

Août 2003 festival hors les normes à Praz sur Arly

Avril à septembre 2000 galerie Complicité édition à Grignan (26)

La-ZEJiLk9UdO2tSEkX6qvGKNVs.jpg

Michelle BILLAUD

Encre de chine

image.jpg

Par les subtiles variations du pinceau et de l’encre, gestes et rythmes, les oeuvres de Michelle Billaud nous réjouissent constamment. L’espace se tend, se drape de manière toujours différente en donnant un sentiment d’immensité, qui dépasse de beaucoup les limites du cadre.

Le souffle naît de l’intérieur du tableau ; le geste devient large, ample, voire violent. C’est ce qu’elle n’a pas encore fait qui la conduit à aller plus loin dans l’audace ou la démesure.

Tout d’un coup, sans y prendre garde, la fluidité du mouvement prend une place prépondérante. Le geste prend vie, et sans hésiter, dévoile des secrets enfouis au plus profond de soi.

 

Par sa sensibilité Michelle Billaud exprime l’écho direct d’une émotion que l’œuvre provoque mais ne définit pas.

L’expérience du vide se révèle par cette opposition de la couleur et du noir profond, le tracé du pinceau concentre, condense et cristallise. L’ensemble se mue en une projection intérieure.

Sur une ligne ténue, posée du bout de son pinceau qui bouillonne d’impatience, une vague d’une

puissance folle apparaît. Un trait surgit nourri d’ombre et de lumière. L’ombre se fige, la forme s’ébauche, l’état d’âme investit le regard et l’on accède toujours au rêve.

Michelle Billaud a trouvé dans la rencontre du papier, de l’encre et de l’eau le moyen d’expression suffisamment puissant pour exprimer la complexité des sensations et des sentiments de notre temps. L’éblouissement solaire qu’elle nous procure, nous ouvre un espace de paix et de sérénité qui mérite notre attention et notre reconnaissance. 

                                                                                                 Bernard Burgher